Dataset of baudelaire sentences read by myself.
You can not select more than 25 topics Topics must start with a letter or number, can include dashes ('-') and can be up to 35 characters long.

3482 lines
218 KiB

2 years ago
( baudelaire-1 " La sottise, l'erreur, le péché, la lésine" )
( baudelaire-2 "Occupent nos esprits et travaillent nos corps" )
( baudelaire-3 "Et nous alimentons nos aimables remords" )
( baudelaire-4 "Comme les mendiants nourrissent leur vermine." )
( baudelaire-6 "Nos péchés sont têtus, nos repentirs sont lâches ;" )
( baudelaire-7 "Nous nous faisons payer grassement nos aveux" )
( baudelaire-8 "Et nous rentrons gaiement dans le chemin bourbeux" )
( baudelaire-9 "Croyant par de vils pleurs laver toutes nos taches." )
( baudelaire-11 "Sur l'oreiller du mal c'est Satan Trismégiste" )
( baudelaire-12 "Qui berce longuement notre esprit enchanté" )
( baudelaire-13 "Et le riche métal de notre volonté" )
( baudelaire-14 "Est tout vaporisé par ce savant chimiste." )
( baudelaire-16 "C'est le Diable qui tient les fils qui nous remuent !" )
( baudelaire-17 "Aux objets répugnants nous trouvons des appas ;" )
( baudelaire-18 "Chaque jour vers l'Enfer nous descendons d'un pas" )
( baudelaire-19 "Sans horreur, à travers des ténèbres qui puent." )
( baudelaire-21 "Ainsi qu'un débauché pauvre qui baise et mange" )
( baudelaire-22 "Le sein martyrisé d'une antique catin" )
( baudelaire-23 "Nous volons au passage un plaisir clandestin" )
( baudelaire-24 "Que nous pressons bien fort comme une vieille orange." )
( baudelaire-26 "Serré, fourmillant, comme un million d'helminthes" )
( baudelaire-27 "Dans nos cerveaux ribote un peuple de Démons" )
( baudelaire-28 "Et, quand nous respirons, la Mort dans nos poumons" )
( baudelaire-29 "Descend, fleuve invisible, avec de sourdes plaintes." )
( baudelaire-31 "Si le viol, le poison, le poignard, l'incendie" )
( baudelaire-32 "N'ont pas encor brodé de leurs plaisants dessins" )
( baudelaire-33 "Le canevas banal de nos piteux destins" )
( baudelaire-34 "C'est que notre âme, hélas ! n'est pas assez hardie." )
( baudelaire-36 "Mais parmi les chacals, les panthères, les lices" )
( baudelaire-37 "Les singes, les scorpions, les vautours, les serpents" )
( baudelaire-38 "Les monstres glapissants, hurlants, grognants, rampants" )
( baudelaire-39 "Dans la ménagerie infâme de nos vices" )
( baudelaire-42 "Quoiqu'il ne pousse ni grands gestes ni grands cris" )
( baudelaire-43 "Il ferait volontiers de la terre un débris" )
( baudelaire-44 "Et dans un bâillement avalerait le monde ;" )
( baudelaire-46 "C'est l'Ennui ! L'œil chargé d'un pleur involontaire" )
( baudelaire-48 "Tu le connais, lecteur, ce monstre délicat" )
( baudelaire-52 "SPLEEN ET IDEAL" )
( baudelaire-56 "Lorsque, par un décret des puissances suprêmes" )
( baudelaire-57 "Le Poète apparaît en ce monde ennuyé" )
( baudelaire-58 "Sa mère épouvantée et pleine de blasphèmes" )
( baudelaire-59 "Crispe ses poings vers Dieu, qui la prend en pitié :" )
( baudelaire-61 "- Ah ! que n'ai-je mis bas tout un noeud de vipères" )
( baudelaire-62 "Plutôt que de nourrir cette dérision !" )
( baudelaire-63 "Maudite soit la nuit aux plaisirs éphémères" )
( baudelaire-64 "Où mon ventre a conçu mon expiation !" )
( baudelaire-66 "Puisque tu m'as choisie entre toutes les femmes" )
( baudelaire-67 "Pour être le dégoût de mon triste mari" )
( baudelaire-68 "Et que je ne puis pas rejeter dans les flammes" )
( baudelaire-69 "Comme un billet d'amour, ce monstre rabougri" )
( baudelaire-71 "Je ferai rejaillir ta haine qui m'accable" )
( baudelaire-72 "Sur l'instrument maudit de tes méchancetés" )
( baudelaire-73 "Et je tordrai si bien cet arbre misérable" )
( baudelaire-74 "Qu'il ne pourra pousser ses boutons empestés ! " )
( baudelaire-76 "Elle ravale ainsi l'écume de sa haine" )
( baudelaire-77 "Et, ne comprenant pas les desseins éternels" )
( baudelaire-78 "Elle-même prépare au fond de la Géhenne" )
( baudelaire-79 "Les bûchers consacrés aux crimes maternels." )
( baudelaire-81 "Pourtant, sous la tutelle invisible d'un Ange" )
( baudelaire-82 "L'Enfant déshérité s'enivre de soleil" )
( baudelaire-83 "Et dans tout ce qu'il boit et dans tout ce qu'il mange" )
( baudelaire-84 "Retrouve l'ambroisie et le nectar vermeil." )
( baudelaire-87 "Et s'enivre en chantant du chemin de la croix ;" )
( baudelaire-88 "Et l'Esprit qui le suit dans son pèlerinage" )
( baudelaire-89 "Pleure de le voir gai comme un oiseau des bois." )
( baudelaire-91 "Tous ceux qu'il veut aimer l'observent avec crainte" )
( baudelaire-92 "Ou bien, s'enhardissant de sa tranquillité" )
( baudelaire-93 "Cherchent à qui saura lui tirer une plainte" )
( baudelaire-94 "Et font sur lui l'essai de leur férocité." )
( baudelaire-96 "Dans le pain et le vin destinés à sa bouche" )
( baudelaire-97 "Ils mêlent de la cendre avec d'impurs crachats ;" )
( baudelaire-98 "Avec hypocrisie ils jettent ce qu'il touche" )
( baudelaire-99 "Et s'accusent d'avoir mis leurs pieds dans ses pas." )
( baudelaire-101 "Sa femme va criant sur les places publiques :" )
( baudelaire-102 " Puisqu'il me trouve assez belle pour m'adorer" )
( baudelaire-103 "Je ferai le métier des idoles antiques" )
( baudelaire-104 "Et comme elles je veux me faire redorer ;" )
( baudelaire-106 "Et je me soûlerai de nard, d'encens, de myrrhe" )
( baudelaire-107 "De génuflexions, de viandes et de vins" )
( baudelaire-108 "Pour savoir si je puis dans un cœur qui m'admire" )
( baudelaire-109 "Usurper en riant les hommages divins !" )
( baudelaire-111 "Et, quand je m'ennuierai de ces farces impies" )
( baudelaire-112 "Je poserai sur lui ma frêle et forte main ;" )
( baudelaire-113 "Et mes ongles, pareils aux ongles des harpies" )
( baudelaire-114 "Sauront jusqu'à son cœur se frayer un chemin." )
( baudelaire-116 "Comme un tout jeune oiseau qui tremble et qui palpite" )
( baudelaire-117 "J'arracherai ce cœur tout rouge de son sein" )
( baudelaire-118 "Et, pour rassasier ma bête favorite" )
( baudelaire-119 "Je le lui jetterai par terre avec dédain ! " )
( baudelaire-121 "Vers le Ciel, où son œil voit un trône splendide" )
( baudelaire-122 "Le Poète serein lève ses bras pieux" )
( baudelaire-123 "Et les vastes éclairs de son esprit lucide" )
( baudelaire-124 "Lui dérobent l'aspect des peuples furieux :" )
( baudelaire-126 "- Soyez béni, mon Dieu, qui donnez la souffrance" )
( baudelaire-127 "Comme un divin remède à nos impuretés" )
( baudelaire-128 "Et comme la meilleure et la plus pure essence" )
( baudelaire-129 "Qui prépare les forts aux saintes voluptés !" )
( baudelaire-131 "Je sais que vous gardez une place au Poète" )
( baudelaire-132 "Dans les rangs bienheureux des saintes Légions" )
( baudelaire-133 "Et que vous l'invitez à l'éternelle fête" )
( baudelaire-134 "Des Trônes, des Vertus, des Dominations." )
( baudelaire-136 "Je sais que la douleur est la noblesse unique" )
( baudelaire-137 "Où ne mordront jamais la terre et les enfers" )
( baudelaire-138 "Et qu'il faut pour tresser ma couronne mystique" )
( baudelaire-139 "Imposer tous les temps et tous les univers." )
( baudelaire-141 "Mais les bijoux perdus de l'antique Palmyre" )
( baudelaire-142 "Les métaux inconnus, les perles de la mer" )
( baudelaire-143 "Par votre main montés, ne pourraient pas suffire" )
( baudelaire-144 "A ce beau diadème éblouissant et clair ;" )
( baudelaire-146 "Car il ne sera fait que de pure lumière" )
( baudelaire-147 "Puisée au foyer saint des rayons primitifs" )
( baudelaire-148 "Et dont les yeux mortels, dans leur splendeur entière" )
( baudelaire-149 "Ne sont que des miroirs obscurcis et plaintifs ! " )
( baudelaire-154 "Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage" )
( baudelaire-155 "Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers" )
( baudelaire-156 "Qui suivent, indolents compagnons de voyage" )
( baudelaire-157 "Le navire glissant sur les gouffres amers." )
( baudelaire-159 "A peine les ont-ils déposés sur les planches" )
( baudelaire-160 "Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux" )
( baudelaire-161 "Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches" )
( baudelaire-162 "Comme des avirons traîner à côté d'eux." )
( baudelaire-164 "Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !" )
( baudelaire-165 "Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !" )
( baudelaire-166 "L'un agace son bec avec un brûle-gueule" )
( baudelaire-167 "L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait !" )
( baudelaire-169 "Le Poète est semblable au prince des nuées" )
( baudelaire-170 "Qui hante la tempête et se rit de l'archer ;" )
( baudelaire-171 "Exilé sur le sol au milieu des huées" )
( baudelaire-172 "Ses ailes de géant l'empêchent de marcher." )
( baudelaire-177 "Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées" )
( baudelaire-178 "Des montagnes, des bois, des nuages, des mers" )
( baudelaire-179 "Par delà le soleil, par delà les éthers" )
( baudelaire-180 "Par delà les confins des sphères étoilées" )
( baudelaire-182 "Mon esprit, tu te meus avec agilité" )
( baudelaire-183 "Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l'onde" )
( baudelaire-184 "Tu sillonnes gaiement l'immensité profonde" )
( baudelaire-185 "Avec une indicible et mâle volupté." )
( baudelaire-187 "Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides ;" )
( baudelaire-188 "Va te purifier dans l'air supérieur" )
( baudelaire-189 "Et bois, comme une pure et divine liqueur" )
( baudelaire-190 "Le feu clair qui remplit les espaces limpides." )
( baudelaire-192 "Derrière les ennuis et les vastes chagrins" )
( baudelaire-193 "Qui chargent de leur poids l'existence brumeuse" )
( baudelaire-194 "Heureux celui qui peut d'une aile vigoureuse" )
( baudelaire-195 "S'élancer vers les champs lumineux et sereins ;" )
( baudelaire-197 "Celui dont les pensers, comme des alouettes" )
( baudelaire-198 "Vers les cieux le matin prennent un libre essor" )
( baudelaire-199 "- Qui plane sur la vie, et comprend sans effort" )
( baudelaire-200 "Le langage des fleurs et des choses muettes !" )
( baudelaire-205 "La Nature est un temple où de vivants piliers" )
( baudelaire-206 "Laissent parfois sortir de confuses paroles ;" )
( baudelaire-207 "L'homme y passe à travers des forêts de symboles" )
( baudelaire-208 "Qui l'observent avec des regards familiers." )
( baudelaire-210 "Comme de longs échos qui de loin se confondent" )
( baudelaire-211 "Dans une ténébreuse et profonde unité" )
( baudelaire-212 "Vaste comme la nuit et comme la clarté" )
( baudelaire-213 "Les parfums, les couleurs et les sons se répondent." )
( baudelaire-216 "Doux comme les hautbois, verts comme les prairies" )
( baudelaire-217 "- Et d'autres, corrompus, riches et triomphants" )
( baudelaire-219 "Ayant l'expansion des choses infinies" )
( baudelaire-220 "Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens" )
( baudelaire-221 "Qui chantent les transports de l'esprit et des sens." )
( baudelaire-226 "J'aime le souvenir de ces époques nues" )
( baudelaire-227 "Dont Phoebus se plaisait à dorer les statues." )
( baudelaire-228 "Alors l'homme et la femme en leur agilité" )
( baudelaire-229 "Jouissaient sans mensonge et sans anxiété" )
( baudelaire-230 "Et, le ciel amoureux leur caressant l'échine" )
( baudelaire-231 "Exerçaient la santé de leur noble machine." )
( baudelaire-232 "Cybèle alors, fertile en produits généreux" )
( baudelaire-233 "Ne trouvait point ses fils un poids trop onéreux" )
( baudelaire-234 "Mais, louve au cœur gonflé de tendresses communes" )
( baudelaire-235 "Abreuvait l'univers à ses tétines brunes." )
( baudelaire-236 "L'homme, élégant, robuste et fort, avait le droit" )
( baudelaire-237 "D'être fier des beautés qui le nommaient leur roi ;" )
( baudelaire-238 "Fruits purs de tout outrage et vierges de gerçures" )
( baudelaire-239 "Dont la chair lisse et ferme appelait les morsures !" )
( baudelaire-241 "Le Poète aujourd'hui, quand il veut concevoir" )
( baudelaire-242 "Ces natives grandeurs, aux lieux où se font voir" )
( baudelaire-243 "La nudité de l'homme et celle de la femme" )
( baudelaire-244 "Sent un froid ténébreux envelopper son âme" )
( baudelaire-245 "Devant ce noir tableau plein d'épouvantement." )
( baudelaire-246 "O monstruosités pleurant leur vêtement !" )
( baudelaire-247 "O ridicules troncs ! torses dignes des masques !" )
( baudelaire-248 "O pauvres corps tordus, maigres, ventrus ou flasques" )
( baudelaire-249 "Que le dieu de l'Utile, implacable et serein" )
( baudelaire-250 "Enfants, emmaillota dans ses langes d'airain !" )
( baudelaire-251 "Et vous, femmes, hélas ! pâles comme des cierges" )
( baudelaire-252 "Que ronge et que nourrit la débauche, et vous, vierges" )
( baudelaire-253 "Du vice maternel traînant l'hérédité" )
( baudelaire-254 "Et toutes les hideurs de la fécondité !" )
( baudelaire-256 "Nous avons, il est vrai, nations corrompues" )
( baudelaire-257 "Aux peuples anciens des beautés inconnues :" )
( baudelaire-258 "Des visages rongés par les chancres du cœur" )
( baudelaire-259 "Et comme qui dirait des beautés de langueur ;" )
( baudelaire-260 "Mais ces inventions de nos muses tardives" )
( baudelaire-261 "N'empêcheront jamais les races maladives" )
( baudelaire-262 "De rendre à la jeunesse un hommage profond" )
( baudelaire-263 "- A la sainte jeunesse, à l'air simple, au doux front" )
( baudelaire-264 "A l'œil limpide et clair ainsi qu'une eau courante" )
( baudelaire-265 "Et qui va répandant sur tout, insouciante" )
( baudelaire-266 "Comme l'azur du ciel, les oiseaux et les fleurs" )
( baudelaire-267 "Ses parfums, ses chansons et ses douces chaleurs !" )
( baudelaire-272 "Rubens, fleuve d'oubli, jardin de la paresse" )
( baudelaire-273 "Oreiller de chair fraîche où l'on ne peut aimer" )
( baudelaire-274 "Mais où la vie afflue et s'agite sans cesse" )
( baudelaire-275 "Comme l'air dans le ciel et la mer dans la mer ;" )
( baudelaire-277 "Léonard de Vinci, miroir profond et sombre" )
( baudelaire-278 "Où des anges charmants, avec un doux souris" )
( baudelaire-279 "Tout chargé de mystère, apparaissent à l'ombre" )
( baudelaire-280 "Des glaciers et des pins qui ferment leur pays ;" )
( baudelaire-282 "Rembrandt, triste hôpital tout rempli de murmures" )
( baudelaire-283 "Et d'un grand crucifix décoré seulement" )
( baudelaire-284 "Où la prière en pleurs s'exhale des ordures" )
( baudelaire-285 "Et d'un rayon d'hiver traversé brusquement ;" )
( baudelaire-287 "Michel-Ange, lieu vague où l'on voit des Hercules" )
( baudelaire-288 "Se mêler à des Christs, et se lever tout droits" )
( baudelaire-289 "Des fantômes puissants qui dans les crépuscules" )
( baudelaire-290 "Déchirent leur suaire en étirant leurs doigts ;" )
( baudelaire-292 "Colères de boxeur, impudences de faune" )
( baudelaire-293 "Toi qui sus ramasser la beauté des goujats" )
( baudelaire-294 "Grand cœur gonflé d'orgueil, homme débile et jaune" )
( baudelaire-295 "Puget, mélancolique empereur des forçats ;" )
( baudelaire-297 "Watteau, ce carnaval où bien des cœurs illustres" )
( baudelaire-298 "Comme des papillons, errent en flamboyant" )
( baudelaire-299 "Décors frais et légers éclairés par des lustres" )
( baudelaire-300 "Qui versent la folie à ce bal tournoyant ;" )
( baudelaire-302 "Goya, cauchemar plein de choses inconnues" )
( baudelaire-303 "De foetus qu'on fait cuire au milieu des sabbats" )
( baudelaire-304 "De vieilles au miroir et d'enfants toutes nues" )
( baudelaire-305 "Pour tenter les démons ajustant bien leurs bas ;" )
( baudelaire-307 "Delacroix, lac de sang hanté des mauvais anges" )
( baudelaire-308 "Ombragé par un bois de sapins toujours vert" )
( baudelaire-309 "Où, sous un ciel chagrin, des fanfares étranges" )
( baudelaire-310 "Passent, comme un soupir étouffé de Weber ;" )
( baudelaire-312 "Ces malédictions, ces blasphèmes, ces plaintes" )
( baudelaire-313 "Ces extases, ces cris, ces pleurs, ces Te Deum" )
( baudelaire-314 "Sont un écho redit par mille labyrinthes ;" )
( baudelaire-315 "C'est pour les cœurs mortels un divin opium !" )
( baudelaire-317 "C'est un cri répété par mille sentinelles" )
( baudelaire-318 "Un ordre renvoyé par mille porte-voix ;" )
( baudelaire-319 "C'est un phare allumé sur mille citadelles" )
( baudelaire-320 "Un appel de chasseurs perdus dans les grands bois !" )
( baudelaire-322 "Car c'est vraiment, Seigneur, le meilleur témoignage" )
( baudelaire-323 "Que nous puissions donner de notre dignité" )
( baudelaire-324 "Que cet ardent sanglot qui roule d'âge en âge" )
( baudelaire-325 "Et vient mourir au bord de votre éternité !" )
( baudelaire-330 "Ma pauvre muse, hélas ! qu'as-tu donc ce matin ?" )
( baudelaire-331 "Tes yeux creux sont peuplés de visions nocturnes" )
( baudelaire-332 "Et je vois tour à tour réfléchis sur ton teint" )
( baudelaire-333 "La folie et l'horreur, froides et taciturnes." )
( baudelaire-335 "Le succube verdâtre et le rose lutin" )
( baudelaire-336 "T'ont-ils versé la peur et l'amour de leurs urnes ?" )
( baudelaire-337 "Le cauchemar, d'un poing despotique et mutin" )
( baudelaire-338 "T'a-t-il noyée au fond d'un fabuleux Minturnes ?" )
( baudelaire-340 "Je voudrais qu'exhalant l'odeur de la santé" )
( baudelaire-341 "Ton sein de pensers forts fût toujours fréquenté" )
( baudelaire-342 "Et que ton sang chrétien coulât à flots rythmiques" )
( baudelaire-344 "Comme les sons nombreux des syllabes antiques" )
( baudelaire-345 "Où règnent tour à tour le père des chansons" )
( baudelaire-346 "Phoebus, et le grand Pan, le seigneur des moissons." )
( baudelaire-351 "O muse de mon cœur, amante des palais" )
( baudelaire-352 "Auras-tu, quand Janvier lâchera ses Borées" )
( baudelaire-353 "Durant les noirs ennuis des neigeuses soirées" )
( baudelaire-354 "Un tison pour chauffer tes deux pieds violets ?" )
( baudelaire-356 "Ranimeras-tu donc tes épaules marbrées" )
( baudelaire-357 "Aux nocturnes rayons qui percent les volets ?" )
( baudelaire-358 "Sentant ta bourse à sec autant que ton palais" )
( baudelaire-359 "Récolteras-tu l'or des voûtes azurées ?" )
( baudelaire-362 "Comme un enfant de choeur, jouer de l'encensoir" )
( baudelaire-363 "Chanter des Te Deum auxquels tu ne crois guère" )
( baudelaire-365 "Ou, saltimbanque à jeun, étaler tes appas" )
( baudelaire-366 "Et ton rire trempé de pleurs qu'on ne voit pas" )
( baudelaire-367 "Pour faire épanouir la rate du vulgaire." )
( baudelaire-372 "Les cloîtres anciens sur leurs grandes murailles" )
( baudelaire-373 "Etalaient en tableaux la sainte Vérité" )
( baudelaire-374 "Dont l'effet réchauffant les pieuses entrailles" )
( baudelaire-375 "Tempérait la froideur de leur austérité." )
( baudelaire-377 "En ces temps où du Christ florissaient les semailles" )
( baudelaire-378 "Plus d'un illustre moine, aujourd'hui peu cité" )
( baudelaire-379 "Prenant pour atelier le champ des funérailles" )
( baudelaire-380 "Glorifiait la Mort avec simplicité." )
( baudelaire-382 "- Mon âme est un tombeau que, mauvais cénobite" )
( baudelaire-383 "Depuis l'éternité je parcours et j'habite ;" )
( baudelaire-384 "Rien n'embellit les murs de ce cloître odieux." )
( baudelaire-386 "O moine fainéant ! quand saurai-je donc faire" )
( baudelaire-387 "Du spectacle vivant de ma triste misère" )
( baudelaire-388 "Le travail de mes mains et l'amour de mes yeux ?" )
( baudelaire-393 "Ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage" )
( baudelaire-394 "Traversé çà et là par de brillants soleils ;" )
( baudelaire-395 "Le tonnerre et la pluie ont fait un tel ravage" )
( baudelaire-396 "Qu'il reste en mon jardin bien peu de fruits vermeils." )
( baudelaire-398 "Voilà que j'ai touché l'automne des idées" )
( baudelaire-399 "Et qu'il faut employer la pelle et les râteaux" )
( baudelaire-400 "Pour rassembler à neuf les terres inondées" )
( baudelaire-401 "Où l'eau creuse des trous grands comme des tombeaux." )
( baudelaire-403 "Et qui sait si les fleurs nouvelles que je rêve" )
( baudelaire-404 "Trouveront dans ce sol lavé comme une grève" )
( baudelaire-405 "Le mystique aliment qui ferait leur vigueur ?" )
( baudelaire-407 "- O douleur ! ô douleur ! Le Temps mange la vie" )
( baudelaire-408 "Et l'obscur Ennemi qui nous ronge le cœur" )
( baudelaire-409 "Du sang que nous perdons croît et se fortifie !" )
( baudelaire-414 "Pour soulever un poids si lourd" )
( baudelaire-415 "Sisyphe, il faudrait ton courage !" )
( baudelaire-416 "Bien qu'on ait du cœur à l'ouvrage" )
( baudelaire-417 "L'Art est long et le Temps est court." )
( baudelaire-419 "Loin des sépultures célèbres" )
( baudelaire-420 "Vers un cimetière isolé" )
( baudelaire-421 "Mon cœur, comme un tambour voilé" )
( baudelaire-422 "Va battant des marches funèbres." )
( baudelaire-424 "- Maint joyau dort enseveli" )
( baudelaire-425 "Dans les ténèbres et l'oubli" )
( baudelaire-426 "Bien loin des pioches et des sondes ;" )
( baudelaire-428 "Mainte fleur épanche à regret" )
( baudelaire-429 "Son parfum doux comme un secret" )
( baudelaire-430 "Dans les solitudes profondes." )
( baudelaire-435 "J'ai longtemps habité sous de vastes portiques" )
( baudelaire-436 "Que les soleils marins teignaient de mille feux" )
( baudelaire-437 "Et que leurs grands piliers, droits et majestueux" )
( baudelaire-438 "Rendaient pareils, le soir, aux grottes basaltiques." )
( baudelaire-440 "Les houles, en roulant les images des cieux" )
( baudelaire-441 "Mêlaient d'une façon solennelle et mystique" )
( baudelaire-442 "Les tout-puissants accords de leur riche musique" )
( baudelaire-443 "Aux couleurs du couchant reflété par mes yeux." )
( baudelaire-445 "C'est là que j'ai vécu dans les voluptés calmes" )
( baudelaire-446 "Au milieu de l'azur, des vagues, des splendeurs" )
( baudelaire-447 "Et des esclaves nus, tout imprégnés d'odeurs" )
( baudelaire-449 "Qui me rafraîchissaient le front avec des palmes" )
( baudelaire-450 "Et dont l'unique soin était d'approfondir" )
( baudelaire-451 "Le secret douloureux qui me faisait languir." )
( baudelaire-456 "La tribu prophétique aux prunelles ardentes" )
( baudelaire-457 "Hier s'est mise en route, emportant ses petits" )
( baudelaire-458 "Sur son dos, ou livrant à leurs fiers appétits" )
( baudelaire-459 "Le trésor toujours prêt des mamelles pendantes." )
( baudelaire-461 "Les hommes vont à pied sous leurs armes luisantes" )
( baudelaire-462 "Le long des chariots où les leurs sont blottis" )
( baudelaire-463 "Promenant sur le ciel des yeux appesantis" )
( baudelaire-464 "Par le morne regret des chimères absentes." )
( baudelaire-466 "Du fond de son réduit sablonneux, le grillon" )
( baudelaire-467 "Les regardant passer, redouble sa chanson ;" )
( baudelaire-468 "Cybèle, qui les aime, augmente ses verdures" )
( baudelaire-470 "Fait couler le rocher et fleurir le désert" )
( baudelaire-471 "Devant ces voyageurs, pour lesquels est ouvert" )
( baudelaire-472 "L'empire familier des ténèbres futures." )
( baudelaire-477 "Homme libre, toujours tu chériras la mer !" )
( baudelaire-478 "La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme" )
( baudelaire-479 "Dans le déroulement infini de sa lame" )
( baudelaire-480 "Et ton esprit n'est pas un gouffre moins amer." )
( baudelaire-482 "Tu te plais à plonger au sein de ton image ;" )
( baudelaire-483 "Tu l'embrasses des yeux et des bras, et ton cœur" )
( baudelaire-484 "Se distrait quelquefois de sa propre rumeur" )
( baudelaire-485 "Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage." )
( baudelaire-487 "Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :" )
( baudelaire-488 "Homme, nul n'a sondé le fond de tes abîmes ;" )
( baudelaire-489 "O mer, nul ne connaît tes richesses intimes" )
( baudelaire-490 "Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !" )
( baudelaire-492 "Et cependant voilà des siècles innombrables" )
( baudelaire-493 "Que vous vous combattez sans pitié ni remords" )
( baudelaire-494 "Tellement vous aimez le carnage et la mort" )
( baudelaire-495 "O lutteurs éternels, ô frères implacables !" )
( baudelaire-500 "Quand Don Juan descendit vers l'onde souterraine" )
( baudelaire-501 "Et lorsqu'il eut donné son obole à Charon" )
( baudelaire-502 "Un sombre mendiant, l'œil fier comme Antisthène" )
( baudelaire-503 "D'un bras vengeur et fort saisit chaque aviron." )
( baudelaire-505 "Montrant leurs seins pendants et leurs robes ouvertes" )
( baudelaire-506 "Des femmes se tordaient sous le noir firmament" )
( baudelaire-507 "Et, comme un grand troupeau de victimes offertes" )
( baudelaire-508 "Derrière lui traînaient un long mugissement." )
( baudelaire-510 "Sganarelle en riant lui réclamait ses gages" )
( baudelaire-511 "Tandis que Don Luis avec un doigt tremblant" )
( baudelaire-512 "Montrait à tous les morts errant sur les rivages" )
( baudelaire-513 "Le fils audacieux qui railla son front blanc." )
( baudelaire-515 "Frissonnant sous son deuil, la chaste et maigre Elvire" )
( baudelaire-516 "Près de l'époux perfide et qui fut son amant" )
( baudelaire-517 "Semblait lui réclamer un suprême sourire" )
( baudelaire-518 "Où brillât la douceur de son premier serment." )
( baudelaire-520 "Tout droit dans son armure, un grand homme de pierre" )
( baudelaire-521 "Se tenait à la barre et coupait le flot noir ;" )
( baudelaire-522 "Mais le calme héros, courbé sur sa rapière" )
( baudelaire-523 "Regardait le sillage et ne daignait rien voir." )
( baudelaire-528 "En ces temps merveilleux où la Théologie" )
( baudelaire-529 "Fleurit avec le plus de sève et d'énergie" )
( baudelaire-530 "On raconte qu'un jour un docteur des plus grands" )
( baudelaire-531 "- Après avoir forcé les cœurs indifférents ;" )
( baudelaire-532 "Les avoir remués dans leurs profondeurs noires ;" )
( baudelaire-533 "Après avoir franchi vers les célestes gloires" )
( baudelaire-534 "Des chemins singuliers à lui-même inconnus" )
( baudelaire-535 "Où les purs Esprits seuls peut-être étaient venus" )
( baudelaire-536 "- Comme un homme monté trop haut, pris de panique" )
( baudelaire-537 "S'écria, transporté d'un orgueil satanique :" )
( baudelaire-538 "Jésus, petit Jésus ! je t'ai poussé bien haut !" )
( baudelaire-539 "Mais, si j'avais voulu t'attaquer au défaut" )
( baudelaire-540 "De l'armure, ta honte égalerait ta gloire" )
( baudelaire-541 "Et tu ne serais plus qu'un foetus dérisoire !" )
( baudelaire-543 "Immédiatement sa raison s'en alla." )
( baudelaire-544 "L'éclat de ce soleil d'un crêpe se voila" )
( baudelaire-545 "Tout le chaos roula dans cette intelligence" )
( baudelaire-546 "Temple autrefois vivant, plein d'ordre et d'opulence" )
( baudelaire-547 "Sous les plafonds duquel tant de pompe avait lui." )
( baudelaire-548 "Le silence et la nuit s'installèrent en lui" )
( baudelaire-549 "Comme dans un caveau dont la clef est perdue." )
( baudelaire-550 "Dès lors il fut semblable aux bêtes de la rue" )
( baudelaire-551 "Et, quand il s'en allait sans rien voir, à travers" )
( baudelaire-552 "Les champs, sans distinguer les étés des hivers" )
( baudelaire-553 "Sale, inutile et laid comme une chose usée" )
( baudelaire-554 "Il faisait des enfants la joie et la risée." )
( baudelaire-559 "Je suis belle, ô mortels ! comme un rêve de pierre" )
( baudelaire-560 "Et mon sein, où chacun s'est meurtri tour à tour" )
( baudelaire-561 "Est fait pour inspirer au poète un amour" )
( baudelaire-562 "Eternel et muet ainsi que la matière." )
( baudelaire-564 "Je trône dans l'azur comme un sphinx incompris ;" )
( baudelaire-565 "J'unis un cœur de neige à la blancheur des cygnes ;" )
( baudelaire-566 "Je hais le mouvement qui déplace les lignes" )
( baudelaire-567 "Et jamais je ne pleure et jamais je ne ris." )
( baudelaire-569 "Les poètes, devant mes grandes attitudes" )
( baudelaire-570 "Que j'ai l'air d'emprunter aux plus fiers monuments" )
( baudelaire-571 "Consumeront leurs jours en d'austères études ;" )
( baudelaire-573 "Car j'ai, pour fasciner ces dociles amants" )
( baudelaire-574 "De purs miroirs qui font toutes choses plus belles :" )
( baudelaire-575 "Mes yeux, mes larges yeux aux clartés éternelles !" )
( baudelaire-580 "Ce ne seront jamais ces beautés de vignettes" )
( baudelaire-581 "Produits avariés, nés d'un siècle vaurien" )
( baudelaire-582 "Ces pieds à brodequins, ces doigts à castagnettes" )
( baudelaire-583 "Qui sauront satisfaire un cœur comme le mien." )
( baudelaire-585 "Je laisse à Gavarni, poète des chloroses" )
( baudelaire-586 "Son troupeau gazouillant de beautés d'hôpital" )
( baudelaire-587 "Car je ne puis trouver parmi ces pâles roses" )
( baudelaire-588 "Une fleur qui ressemble à mon rouge idéal." )
( baudelaire-590 "Ce qu'il faut à ce cœur profond comme un abîme" )
( baudelaire-591 "C'est vous, Lady Macbeth, âme puissante au crime" )
( baudelaire-592 "Rêve d'Eschyle éclos au climat des autans ;" )
( baudelaire-594 "Ou bien toi, grande Nuit, fille de Michel-Ange" )
( baudelaire-595 "Qui tors paisiblement dans une pose étrange" )
( baudelaire-596 "Tes appas façonnés aux bouches des Titans !" )
( baudelaire-601 "Du temps que la Nature en sa verve puissante" )
( baudelaire-602 "Concevait chaque jour des enfants monstrueux" )
( baudelaire-603 "J'eusse aimé vivre auprès d'une jeune géante" )
( baudelaire-604 "Comme aux pieds d'une reine un chat voluptueux." )
( baudelaire-606 "J'eusse aimé voir son corps fleurir avec son âme" )
( baudelaire-607 "Et grandir librement dans ses terribles jeux ;" )
( baudelaire-608 "Deviner si son cœur couve une sombre flamme" )
( baudelaire-609 "Aux humides brouillards qui nagent dans ses yeux ;" )
( baudelaire-611 "Parcourir à loisir ses magnifiques formes ;" )
( baudelaire-612 "Ramper sur le versant de ses genoux énormes" )
( baudelaire-613 "Et parfois en été, quand les soleils malsains" )
( baudelaire-615 "Lasse, la font s'étendre à travers la campagne" )
( baudelaire-616 "Dormir nonchalamment à l'ombre de ses seins" )
( baudelaire-617 "Comme un hameau paisible au pied d'une montagne." )
( baudelaire-622 "Statue allégorique dans le goût de la Renaissance" )
( baudelaire-624 "A Ernest Christophe, statuaire." )
( baudelaire-626 "Contemplons ce trésor de grâces florentines ;" )
( baudelaire-627 "Dans l'ondulation de ce corps musculeux" )
( baudelaire-628 "L'Elégance et la Force abondent, soeurs divines." )
( baudelaire-629 "Cette femme, morceau vraiment miraculeux" )
( baudelaire-630 "Divinement robuste, adorablement mince" )
( baudelaire-631 "Est faite pour trôner sur des lits somptueux" )
( baudelaire-632 "Et charmer les loisirs d'un pontife ou d'un prince." )
( baudelaire-634 "- Aussi, vois ce souris fin et voluptueux" )
( baudelaire-635 "Où la Fatuité promène son extase ;" )
( baudelaire-636 "Ce long regard sournois, langoureux et moqueur ;" )
( baudelaire-637 "Ce visage mignard, tout encadré de gaze" )
( baudelaire-638 "Dont chaque trait nous dit avec un air vainqueur :" )
( baudelaire-639 "La Volupté m'appelle et l'Amour me couronne !" )
( baudelaire-640 "A cet être doué de tant de majesté" )
( baudelaire-641 "Vois quel charme excitant la gentillesse donne !" )
( baudelaire-642 "Approchons, et tournons autour de sa beauté." )
( baudelaire-644 "O blasphème de l'art ! ô surprise fatale !" )
( baudelaire-645 "La femme au corps divin, promettant le bonheur" )
( baudelaire-646 "Par le haut se termine en monstre bicéphale !" )
( baudelaire-648 "- Mais non ! ce n'est qu'un masque, un décor suborneur" )
( baudelaire-649 "Ce visage éclairé d'une exquise grimace" )
( baudelaire-650 "Et, regarde, voici, crispée atrocement" )
( baudelaire-651 "La véritable tête, et la sincère face" )
( baudelaire-652 "Renversée à l'abri de la face qui ment" )
( baudelaire-653 "Pauvre grande beauté ! le magnifique fleuve" )
( baudelaire-654 "De tes pleurs aboutit dans mon cœur soucieux" )
( baudelaire-655 "Ton mensonge m'enivre, et mon âme s'abreuve" )
( baudelaire-656 "Aux flots que la Douleur fait jaillir de tes yeux !" )
( baudelaire-658 "- Mais pourquoi pleure-t-elle ? Elle, beauté parfaite" )
( baudelaire-659 "Qui mettrait à ses pieds le genre humain vaincu" )
( baudelaire-660 "Quel mal mystérieux ronge son flanc d'athlète ?" )
( baudelaire-662 "- Elle pleure insensé, parce qu'elle a vécu !" )
( baudelaire-663 "Et parce qu'elle vit ! Mais ce qu'elle déplore" )
( baudelaire-664 "Surtout, ce qui la fait frémir jusqu'aux genoux" )
( baudelaire-665 "C'est que demain, hélas ! il faudra vivre encore !" )
( baudelaire-671 "Viens-tu du ciel profond ou sors-tu de l'abîme" )
( baudelaire-672 "O Beauté ? ton regard, infernal et divin" )
( baudelaire-673 "Verse confusément le bienfait et le crime" )
( baudelaire-674 "Et l'on peut pour cela te comparer au vin." )
( baudelaire-676 "Tu contiens dans ton œil le couchant et l'aurore ;" )
( baudelaire-677 "Tu répands des parfums comme un soir orageux ;" )
( baudelaire-678 "Tes baisers sont un philtre et ta bouche une amphore" )
( baudelaire-679 "Qui font le héros lâche et l'enfant courageux." )
( baudelaire-681 "Sors-tu du gouffre noir ou descends-tu des astres ?" )
( baudelaire-682 "Le Destin charmé suit tes jupons comme un chien ;" )
( baudelaire-683 "Tu sèmes au hasard la joie et les désastres" )
( baudelaire-684 "Et tu gouvernes tout et ne réponds de rien." )
( baudelaire-686 "Tu marches sur des morts, Beauté, dont tu te moques ;" )
( baudelaire-687 "De tes bijoux l'Horreur n'est pas le moins charmant" )
( baudelaire-688 "Et le Meurtre, parmi tes plus chères breloques" )
( baudelaire-689 "Sur ton ventre orgueilleux danse amoureusement." )
( baudelaire-691 "L'éphémère ébloui vole vers toi, chandelle" )
( baudelaire-692 "Crépite, flambe et dit : Bénissons ce flambeau !" )
( baudelaire-693 "L'amoureux pantelant incliné sur sa belle" )
( baudelaire-694 "A l'air d'un moribond caressant son tombeau." )
( baudelaire-696 "Que tu viennes du ciel ou de l'enfer, qu'importe" )
( baudelaire-697 "O Beauté ! monstre énorme, effrayant, ingénu !" )
( baudelaire-698 "Si ton œil, ton souris, ton pied, m'ouvrent la porte" )
( baudelaire-699 "D'un Infini que j'aime et n'ai jamais connu ?" )
( baudelaire-701 "De Satan ou de Dieu, qu'importe ? Ange ou Sirène" )
( baudelaire-703 "Rythme, parfum, lueur, ô mon unique reine ! -" )
( baudelaire-704 "L'univers moins hideux et les instants moins lourds ?" )
( baudelaire-709 "Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d'automne" )
( baudelaire-710 "Je respire l'odeur de ton sein chaleureux" )
( baudelaire-711 "Je vois se dérouler des rivages heureux" )
( baudelaire-712 "Qu'éblouissent les feux d'un soleil monotone ;" )
( baudelaire-714 "Une île paresseuse où la nature donne" )
( baudelaire-715 "Des arbres singuliers et des fruits savoureux ;" )
( baudelaire-716 "Des hommes dont le corps est mince et vigoureux" )
( baudelaire-717 "Et des femmes dont l'œil par sa franchise étonne." )
( baudelaire-719 "Guidé par ton odeur vers de charmants climats" )
( baudelaire-720 "Je vois un port rempli de voiles et de mâts" )
( baudelaire-721 "Encor tout fatigués par la vague marine" )
( baudelaire-723 "Pendant que le parfum des verts tamariniers" )
( baudelaire-724 "Qui circule dans l'air et m'enfle la narine" )
( baudelaire-725 "Se mêle dans mon âme au chant des mariniers." )
( baudelaire-730 "O toison, moutonnant jusque sur l'encolure !" )
( baudelaire-731 "O boucles ! O parfum chargé de nonchaloir !" )
( baudelaire-732 "Extase ! Pour peupler ce soir l'alcôve obscure" )
( baudelaire-733 "Des souvenirs dormant dans cette chevelure" )
( baudelaire-734 "Je la veux agiter dans l'air comme un mouchoir !" )
( baudelaire-736 "La langoureuse Asie et la brûlante Afrique" )
( baudelaire-737 "Tout un monde lointain, absent, presque défunt" )
( baudelaire-738 "Vit dans tes profondeurs, forêt aromatique !" )
( baudelaire-739 "Comme d'autres esprits voguent sur la musique" )
( baudelaire-740 "Le mien, ô mon amour ! nage sur ton parfum." )
( baudelaire-743 "J'irai là-bas où l'arbre et l'homme, pleins de sève" )
( baudelaire-744 "Se pâment longuement sous l'ardeur des climats ;" )
( baudelaire-745 "Fortes tresses, soyez la houle qui m'enlève !" )
( baudelaire-746 "Tu contiens, mer d'ébène, un éblouissant rêve" )
( baudelaire-747 "De voiles, de rameurs, de flammes et de mâts :" )
( baudelaire-749 "Un port retentissant où mon âme peut boire" )
( baudelaire-750 "A grands flots le parfum, le son et la couleur" )
( baudelaire-751 "Où les vaisseaux, glissant dans l'or et dans la moire" )
( baudelaire-752 "Ouvrent leurs vastes bras pour embrasser la gloire" )
( baudelaire-753 "D'un ciel pur où frémit l'éternelle chaleur." )
( baudelaire-755 "Je plongerai ma tête amoureuse d'ivresse" )
( baudelaire-756 "Dans ce noir océan où l'autre est enfermé ;" )
( baudelaire-757 "Et mon esprit subtil que le roulis caresse" )
( baudelaire-758 "Saura vous retrouver, ô féconde paresse" )
( baudelaire-759 "Infinis bercements du loisir embaumé !" )
( baudelaire-761 "Cheveux bleus, pavillon de ténèbres tendues" )
( baudelaire-762 "Vous me rendez l'azur du ciel immense et rond ;" )
( baudelaire-763 "Sur les bords duvetés de vos mèches tordues" )
( baudelaire-764 "Je m'enivre ardemment des senteurs confondues" )
( baudelaire-765 "De l'huile de coco, du musc et du goudron." )
( baudelaire-767 "Longtemps ! toujours ! ma main dans ta crinière lourde" )
( baudelaire-768 "Sèmera le rubis, la perle et le saphir" )
( baudelaire-769 "Afin qu'à mon désir tu ne sois jamais sourde !" )
( baudelaire-770 "N'es-tu pas l'oasis où je rêve, et la gourde" )
( baudelaire-771 "Où je hume à longs traits le vin du souvenir ?" )
( baudelaire-776 "Je t'adore à l'égal de la voûte nocturne" )
( baudelaire-777 "O vase de tristesse, ô grande taciturne" )
( baudelaire-778 "Et t'aime d'autant plus, belle, que tu me fuis" )
( baudelaire-779 "Et que tu me parais, ornement de mes nuits" )
( baudelaire-780 "Plus ironiquement accumuler les lieues" )
( baudelaire-781 "Qui séparent mes bras des immensités bleues." )
( baudelaire-783 "Je m'avance à l'attaque, et je grimpe aux assauts" )
( baudelaire-784 "Comme après un cadavre un choeur de vermisseaux" )
( baudelaire-785 "Et je chéris, ô bête implacable et cruelle !" )
( baudelaire-786 "Jusqu'à cette froideur par où tu m'es plus belle !" )
( baudelaire-789 "XXV" )
( baudelaire-791 "Tu mettrais l'univers entier dans ta ruelle" )
( baudelaire-792 "Femme impure ! L'ennui rend ton âme cruelle." )
( baudelaire-793 "Pour exercer tes dents à ce jeu singulier" )
( baudelaire-794 "Il te faut chaque jour un cœur au râtelier." )
( baudelaire-795 "Tes yeux, illuminés ainsi que des boutiques" )
( baudelaire-796 "Et des ifs flamboyants dans les fêtes publiques" )
( baudelaire-797 "Usent insolemment d'un pouvoir emprunté" )
( baudelaire-798 "Sans connaître jamais la loi de leur beauté." )
( baudelaire-800 "Machine aveugle et sourde, en cruautés féconde !" )
( baudelaire-801 "Salutaire instrument, buveur du sang du monde" )
( baudelaire-802 "Comment n'as-tu pas honte et comment n'as-tu pas" )
( baudelaire-803 "Devant tous les miroirs vu pâlir tes appas ?" )
( baudelaire-804 "La grandeur de ce mal où tu te crois savante" )
( baudelaire-805 "Ne t'a donc jamais fait reculer d'épouvante" )
( baudelaire-806 "Quand la nature, grande en ses desseins cachés" )
( baudelaire-807 "De toi se sert, ô femme, ô reine des péchés" )
( baudelaire-810 "O fangeuse grandeur ! sublime ignominie !" )
( baudelaire-815 "Bizarre déité, brune comme les nuits" )
( baudelaire-816 "Au parfum mélangé de musc et de havane" )
( baudelaire-817 "Oeuvre de quelque obi, le Faust de la savane" )
( baudelaire-818 "Sorcière au flanc d'ébène, enfant des noirs minuits" )
( baudelaire-820 "Je préfère au constance, à l'opium, au nuits" )
( baudelaire-821 "L'élixir de ta bouche où l'amour se pavane ;" )
( baudelaire-822 "Quand vers toi mes désirs partent en caravane" )
( baudelaire-823 "Tes yeux sont la citerne où boivent mes ennuis." )
( baudelaire-825 "Par ces deux grands yeux noirs, soupiraux de ton âme" )
( baudelaire-826 "O démon sans pitié ! verse-moi moins de flamme ;" )
( baudelaire-827 "Je ne suis pas le Styx pour t'embrasser neuf fois" )
( baudelaire-829 "Hélas ! et je ne puis, Mégère libertine" )
( baudelaire-830 "Pour briser ton courage et te mettre aux abois" )
( baudelaire-831 "Dans l'enfer de ton lit devenir Proserpine !" )
( baudelaire-836 "Avec ses vêtements ondoyants et nacrés" )
( baudelaire-837 "Même quand elle marche on croirait qu'elle danse" )
( baudelaire-838 "Comme ces longs serpents que les jongleurs sacrés" )
( baudelaire-839 "Au bout de leurs bâtons agitent en cadence." )
( baudelaire-841 "Comme le sable morne et l'azur des déserts" )
( baudelaire-842 "Insensibles tous deux à l'humaine souffrance" )
( baudelaire-843 "Comme les longs réseaux de la houle des mers" )
( baudelaire-844 "Elle se développe avec indifférence." )
( baudelaire-846 "Ses yeux polis sont faits de minéraux charmants" )
( baudelaire-847 "Et dans cette nature étrange et symbolique" )
( baudelaire-848 "Où l'ange inviolé se mêle au sphinx antique" )
( baudelaire-850 "Où tout n'est qu'or, acier, lumière et diamants" )
( baudelaire-851 "Resplendit à jamais, comme un astre inutile" )
( baudelaire-852 "La froide majesté de la femme stérile." )
( baudelaire-857 "Que j'aime voir, chère indolente" )
( baudelaire-858 "De ton corps si beau" )
( baudelaire-859 "Comme une étoffe vacillante" )
( baudelaire-860 "Miroiter la peau !" )
( baudelaire-862 "Sur ta chevelure profonde" )
( baudelaire-863 "Aux âcres parfums" )
( baudelaire-864 "Mer odorante et vagabonde" )
( baudelaire-865 "Aux flots bleus et bruns" )
( baudelaire-867 "Comme un navire qui s'éveille" )
( baudelaire-868 "Au vent du matin" )
( baudelaire-869 "Mon âme rêveuse appareille" )
( baudelaire-870 "Pour un ciel lointain." )
( baudelaire-872 "Tes yeux, où rien ne se révèle" )
( baudelaire-873 "De doux ni d'amer" )
( baudelaire-874 "Sont deux bijoux froids où se mêle" )
( baudelaire-875 "L'or avec le fer." )
( baudelaire-877 "A te voir marcher en cadence" )
( baudelaire-878 "Belle d'abandon" )
( baudelaire-879 "On dirait un serpent qui danse" )
( baudelaire-880 "Au bout d'un bâton." )
( baudelaire-882 "Sous le fardeau de ta paresse" )
( baudelaire-883 "Ta tête d'enfant" )
( baudelaire-884 "Se balance avec la mollesse" )
( baudelaire-885 "D'un jeune éléphant" )
( baudelaire-887 "Et ton corps se penche et s'allonge" )
( baudelaire-888 "Comme un fin vaisseau" )
( baudelaire-889 "Qui roule bord sur bord et plonge" )
( baudelaire-890 "Ses vergues dans l'eau." )
( baudelaire-892 "Comme un flot grossi par la fonte" )
( baudelaire-893 "Des glaciers grondants" )
( baudelaire-894 "Quand l'eau de ta bouche remonte" )
( baudelaire-895 "Au bord de tes dents" )
( baudelaire-897 "Je crois boire un vin de Bohême" )
( baudelaire-898 "Amer et vainqueur" )
( baudelaire-899 "Un ciel liquide qui parsème" )
( baudelaire-900 "D'étoiles mon cœur !" )
( baudelaire-905 "Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme" )
( baudelaire-906 "Ce beau matin d'été si doux :" )
( baudelaire-907 "Au détour d'un sentier une charogne infâme" )
( baudelaire-908 "Sur un lit semé de cailloux" )
( baudelaire-910 "Le ventre en l'air, comme une femme lubrique" )
( baudelaire-911 "Brûlante et suant les poisons" )
( baudelaire-912 "Ouvrait d'une façon nonchalante et cynique" )
( baudelaire-913 "Son ventre plein d'exhalaisons." )
( baudelaire-915 "Le soleil rayonnait sur cette pourriture" )
( baudelaire-916 "Comme afin de la cuire à point" )
( baudelaire-917 "Et de rendre au centuple à la grande Nature" )
( baudelaire-918 "Tout ce qu'ensemble elle avait joint ;" )
( baudelaire-920 "Et le ciel regardait la carcasse superbe" )
( baudelaire-921 "Comme une fleur s'épanouir." )
( baudelaire-922 "La puanteur était si forte, que sur l'herbe" )
( baudelaire-923 "Vous crûtes vous évanouir." )
( baudelaire-925 "Les mouches bourdonnaient sur ce ventre putride" )
( baudelaire-926 "D'où sortaient de noirs bataillons" )
( baudelaire-927 "De larves, qui coulaient comme un épais liquide" )
( baudelaire-928 "Le long de ces vivants haillons." )
( baudelaire-930 "Tout cela descendait, montait comme une vague" )
( baudelaire-931 "Ou s'élançait en pétillant" )
( baudelaire-932 "On eût dit que le corps, enflé d'un souffle vague" )
( baudelaire-933 "Vivait en se multipliant." )
( baudelaire-935 "Et ce monde rendait une étrange musique" )
( baudelaire-936 "Comme l'eau courante et le vent" )
( baudelaire-937 "Ou le grain qu'un vanneur d'un mouvement rythmique" )
( baudelaire-938 "Agite et tourne dans son van." )
( baudelaire-940 "Les formes s'effaçaient et n'étaient plus qu'un rêve" )
( baudelaire-941 "Une ébauche lente à venir" )
( baudelaire-942 "Sur la toile oubliée, et que l'artiste achève" )
( baudelaire-943 "Seulement par le souvenir." )
( baudelaire-945 "Derrière les rochers une chienne inquiète" )
( baudelaire-946 "Nous regardait d'un œil fâché" )
( baudelaire-947 "Epiant le moment de reprendre au squelette" )
( baudelaire-948 "Le morceau qu'elle avait lâché." )
( baudelaire-950 "- Et pourtant vous serez semblable à cette ordure" )
( baudelaire-951 "A cette horrible infection" )
( baudelaire-952 "Etoile de mes yeux, soleil de ma nature" )
( baudelaire-953 "Vous, mon ange et ma passion !" )
( baudelaire-955 "Oui ! telle vous serez, ô la reine des grâces" )
( baudelaire-956 "Apres les derniers sacrements" )
( baudelaire-957 "Quand vous irez, sous l'herbe et les floraisons grasses" )
( baudelaire-958 "Moisir parmi les ossements." )
( baudelaire-960 "Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine" )
( baudelaire-961 "Qui vous mangera de baisers" )
( baudelaire-962 "Que j'ai gardé la forme et l'essence divine" )
( baudelaire-963 "De mes amours décomposés !" )
( baudelaire-968 "J'implore ta pitié, Toi, l'unique que j'aime" )
( baudelaire-969 "Du fond du gouffre obscur où mon cœur est tombé." )
( baudelaire-970 "C'est un univers morne à l'horizon plombé" )
( baudelaire-971 "Où nagent dans la nuit l'horreur et le blasphème ;" )
( baudelaire-973 "Un soleil sans chaleur plane au-dessus six mois" )
( baudelaire-974 "Et les six autres mois la nuit couvre la terre ;" )
( baudelaire-975 "C'est un pays plus nu que la terre polaire" )
( baudelaire-976 "- Ni bêtes, ni ruisseaux, ni verdure, ni bois !" )
( baudelaire-978 "Or il n'est pas d'horreur au monde qui surpasse" )
( baudelaire-979 "La froide cruauté de ce soleil de glace" )
( baudelaire-980 "Et cette immense nuit semblable au vieux Chaos ;" )
( baudelaire-982 "Je jalouse le sort des plus vils animaux" )
( baudelaire-983 "Qui peuvent se plonger dans un sommeil stupide" )
( baudelaire-984 "Tant l'écheveau du temps lentement se dévide !" )
( baudelaire-989 "Toi qui, comme un coup de couteau" )
( baudelaire-990 "Dans mon cœur plaintif es entrée ;" )
( baudelaire-991 "Toi qui, forte comme un troupeau" )
( baudelaire-992 "De démons, vins, folle et parée" )
( baudelaire-994 "De mon esprit humilié" )
( baudelaire-995 "Faire ton lit et ton domaine ;" )
( baudelaire-996 "- Infâme à qui je suis lié" )
( baudelaire-997 "Comme le forçat à la chaîne" )
( baudelaire-999 "Comme au jeu le joueur têtu" )
( baudelaire-1000 "Comme à la bouteille l'ivrogne" )
( baudelaire-1001 "Comme aux vermines la charogne" )
( baudelaire-1002 "- Maudite, maudite sois-tu !" )
( baudelaire-1004 "J'ai prié le glaive rapide" )
( baudelaire-1005 "De conquérir ma liberté" )
( baudelaire-1006 "Et j'ai dit au poison perfide" )
( baudelaire-1007 "De secourir ma lâcheté." )
( baudelaire-1009 "Hélas ! le poison et le glaive" )
( baudelaire-1010 "M'ont pris en dédain et m'ont dit :" )
( baudelaire-1011 "Tu n'es pas digne qu'on t'enlève" )
( baudelaire-1012 "A ton esclavage maudit" )
( baudelaire-1015 "Si nos efforts te délivraient" )
( baudelaire-1016 "Tes baisers ressusciteraient" )
( baudelaire-1017 "Le cadavre de ton vampire !" )
( baudelaire-1022 "Une nuit que j'étais près d'une affreuse Juive" )
( baudelaire-1023 "Comme au long d'un cadavre un cadavre étendu" )
( baudelaire-1024 "Je me pris à songer près de ce corps vendu" )
( baudelaire-1025 "A la triste beauté dont mon désir se prive." )
( baudelaire-1027 "Je me représentai sa majesté native" )
( baudelaire-1028 "Son regard de vigueur et de grâces armé" )
( baudelaire-1029 "Ses cheveux qui lui font un casque parfumé" )
( baudelaire-1030 "Et dont le souvenir pour l'amour me ravive." )
( baudelaire-1032 "Car j'eusse avec ferveur baisé ton noble corps" )
( baudelaire-1033 "Et depuis tes pieds frais jusqu'à tes noires tresses" )
( baudelaire-1034 "Déroulé le trésor des profondes caresses" )
( baudelaire-1036 "Si, quelque soir, d'un pleur obtenu sans effort" )
( baudelaire-1037 "Tu pouvais seulement, ô reine des cruelles !" )
( baudelaire-1038 "Obscurcir la splendeur de tes froides prunelles." )
( baudelaire-1043 "Lorsque tu dormiras, ma belle ténébreuse" )
( baudelaire-1044 "Au fond d'un monument construit en marbre noir" )
( baudelaire-1045 "Et lorsque tu n'auras pour alcôve et manoir" )
( baudelaire-1046 "Qu'un caveau pluvieux et qu'une fosse creuse ;" )
( baudelaire-1048 "Quand la pierre, opprimant ta poitrine peureuse" )
( baudelaire-1049 "Et tes flancs qu'assouplit un charmant nonchaloir" )
( baudelaire-1050 "Empêchera ton cœur de battre et de vouloir" )
( baudelaire-1051 "Et tes pieds de courir leur course aventureuse" )
( baudelaire-1053 "Le tombeau, confident de mon rêve infini" )
( baudelaire-1054 "(Car le tombeau toujours comprendra le poète)" )
( baudelaire-1055 "Durant ces grandes nuits d'où le somme est banni" )
( baudelaire-1057 "Te dira : Que vous sert, courtisane imparfaite" )
( baudelaire-1058 "De n'avoir pas connu ce que pleurent les morts ? " )
( baudelaire-1059 "- Et le vers rongera ta peau comme un remords." )
( baudelaire-1064 "Viens, mon beau chat, sur mon cœur amoureux ;" )
( baudelaire-1065 "Retiens les griffes de ta patte" )
( baudelaire-1066 "Et laisse-moi plonger dans tes beaux yeux" )
( baudelaire-1067 "Mêlés de métal et d'agate." )
( baudelaire-1069 "Lorsque mes doigts caressent à loisir" )
( baudelaire-1070 "Ta tête et ton dos élastique" )
( baudelaire-1071 "Et que ma main s'enivre du plaisir" )
( baudelaire-1072 "De palper ton corps électrique" )
( baudelaire-1074 "Je vois ma femme en esprit. Son regard" )
( baudelaire-1075 "Comme le tien, aimable bête" )
( baudelaire-1076 "Profond et froid, coupe et fend comme un dard" )
( baudelaire-1078 "Et, des pieds jusques à la tête" )
( baudelaire-1079 "Un air subtil, un dangereux parfum" )
( baudelaire-1080 "Nagent autour de son corps brun." )
( baudelaire-1085 "Deux guerriers ont couru l'un sur l'autre, leurs armes" )
( baudelaire-1086 "Ont éclaboussé l'air de lueurs et de sang." )
( baudelaire-1087 "Ces jeux, ces cliquetis du fer sont les vacarmes" )
( baudelaire-1088 "D'une jeunesse en proie à l'amour vagissant." )
( baudelaire-1090 "Les glaives sont brisés ! comme notre jeunesse" )
( baudelaire-1091 "Ma chère ! Mais les dents, les ongles acérés" )
( baudelaire-1092 "Vengent bientôt l'épée et la dague traîtresse." )
( baudelaire-1093 "- O fureur des cœurs mûrs par l'amour ulcérés !" )
( baudelaire-1095 "Dans le ravin hanté des chats-pards et des onces" )
( baudelaire-1096 "Nos héros, s'étreignant méchamment, ont roulé" )
( baudelaire-1097 "Et leur peau fleurira l'aridité des ronces." )
( baudelaire-1099 "- Ce gouffre, c'est l'enfer, de nos amis peuplé !" )
( baudelaire-1100 "Roulons-y sans remords, amazone inhumaine" )
( baudelaire-1101 "Afin d'éterniser l'ardeur de notre haine !" )
( baudelaire-1106 "Mère des souvenirs, maîtresse des maîtresses" )
( baudelaire-1107 "O toi, tous mes plaisirs ! ô toi, tous mes devoirs !" )
( baudelaire-1108 "Tu te rappelleras la beauté des caresses" )
( baudelaire-1109 "La douceur du foyer et le charme des soirs" )
( baudelaire-1110 "Mère des souvenirs, maîtresse des maîtresses !" )
( baudelaire-1112 "Les soirs illuminés par l'ardeur du charbon" )
( baudelaire-1113 "Et les soirs au balcon, voilés de vapeurs roses." )
( baudelaire-1114 "Que ton sein m'était doux ! que ton cœur m'était bon !" )
( baudelaire-1115 "Nous avons dit souvent d'impérissables choses" )
( baudelaire-1116 "Les soirs illumines par l'ardeur du charbon." )
( baudelaire-1118 "Que les soleils sont beaux dans les chaudes soirées !" )
( baudelaire-1119 "Que l'espace est profond ! que le cœur est puissant !" )
( baudelaire-1120 "En me penchant vers toi, reine des adorées" )
( baudelaire-1121 "Je croyais respirer le parfum de ton sang." )
( baudelaire-1122 "Que les soleils sont beaux dans les chaudes soirées !" )
( baudelaire-1124 "La nuit s'épaississait ainsi qu'une cloison" )
( baudelaire-1125 "Et mes yeux dans le noir devinaient tes prunelles" )
( baudelaire-1126 "Et je buvais ton souffle, ô douceur ! ô poison !" )
( baudelaire-1127 "Et tes pieds s'endormaient dans mes mains fraternelles." )
( baudelaire-1128 "La nuit s'épaississait ainsi qu'une cloison." )
( baudelaire-1130 "Je sais l'art d'évoquer les minutes heureuses" )
( baudelaire-1131 "Et revis mon passé blotti dans tes genoux." )
( baudelaire-1132 "Car à quoi bon chercher tes beautés langoureuses" )
( baudelaire-1133 "Ailleurs qu'en ton cher corps et qu'en ton cœur si doux ?" )
( baudelaire-1134 "Je sais l'art d'évoquer les minutes heureuses !" )
( baudelaire-1136 "Ces serments, ces parfums, ces baisers infinis" )
( baudelaire-1137 "Renaîtront-ils d'un gouffre interdit à nos sondes" )
( baudelaire-1138 "Comme montent au ciel les soleils rajeunis" )
( baudelaire-1139 "Après s'être lavés au fond des mers profondes ?" )
( baudelaire-1140 "- O serments ! ô parfums ! ô baisers infinis !" )
( baudelaire-1145 "Le soleil s'est couvert d'un crêpe. Comme lui" )
( baudelaire-1146 "O Lune de ma vie ! emmitoufle-toi d'ombre" )
( baudelaire-1147 "Dors ou fume à ton gré ; sois muette, sois sombre" )
( baudelaire-1148 "Et plonge tout entière au gouffre de l'Ennui ;" )
( baudelaire-1150 "Je t'aime ainsi ! Pourtant, si tu veux aujourd'hui" )
( baudelaire-1151 "Comme un astre éclipsé qui sort de la pénombre" )
( baudelaire-1152 "Te pavaner aux lieux que la Folie encombre" )
( baudelaire-1153 "C'est bien ! Charmant poignard, jaillis de ton étui !" )
( baudelaire-1155 "Allume ta prunelle à la flamme des lustres !" )
( baudelaire-1156 "Allume le désir dans les regards des rustres !" )
( baudelaire-1157 "Tout de toi m'est plaisir, morbide ou pétulant ;" )
( baudelaire-1159 "Sois ce que tu voudras, nuit noire, rouge aurore ;" )
( baudelaire-1161 "Qui ne crie : O mon cher Belzébuth, je t'adore !" )
( baudelaire-1168 "Dans les caveaux d'insondable tristesse" )
( baudelaire-1169 "Où le Destin m'a déjà relégué ;" )
( baudelaire-1170 "Où jamais n'entre un rayon rose et gai ;" )
( baudelaire-1171 "Où, seul avec la Nuit, maussade hôtesse" )
( baudelaire-1173 "Je suis comme un peintre qu'un Dieu moqueur" )
( baudelaire-1174 "Condamne à peindre, hélas ! sur les ténèbres ;" )
( baudelaire-1175 "Où, cuisinier aux appétits funèbres" )
( baudelaire-1176 "Je fais bouillir et je mange mon cœur" )
( baudelaire-1178 "Par instants brille, et s'allonge, et s'étale" )
( baudelaire-1179 "Un spectre fait de grâce et de splendeur." )
( baudelaire-1180 "A sa rêveuse allure orientale" )
( baudelaire-1181 "Quand il atteint sa totale grandeur" )
( baudelaire-1182 "Je reconnais ma belle visiteuse :" )
( baudelaire-1184 "C'est Elle ! noire et pourtant lumineuse." )
( baudelaire-1188 "Lecteur, as-tu quelquefois respiré" )
( baudelaire-1189 "Avec ivresse et lente gourmandise" )
( baudelaire-1190 "Ce grain d'encens qui remplit une église" )
( baudelaire-1191 "Ou d'un sachet le musc invétéré ?" )
( baudelaire-1193 "Charme profond, magique, dont nous grise" )
( baudelaire-1194 "Dans le présent le passé restauré !" )
( baudelaire-1195 "Ainsi l'amant sur un corps adoré" )
( baudelaire-1196 "Du souvenir cueille la fleur exquise." )
( baudelaire-1198 "De ses cheveux élastiques et lourds" )
( baudelaire-1199 "Vivant sachet, encensoir de l'alcôve" )
( baudelaire-1200 "Une senteur montait, sauvage et fauve" )
( baudelaire-1202 "Et des habits, mousseline ou velours" )
( baudelaire-1203 "Tout imprégnés de sa jeunesse pure" )
( baudelaire-1204 "Se dégageait un parfum de fourrure." )
( baudelaire-1208 "Comme un beau cadre ajoute à la peinture" )
( baudelaire-1209 "Bien qu'elle soit d'un pinceau très-vanté" )
( baudelaire-1210 "Je ne sais quoi d'étrange et d'enchanté" )
( baudelaire-1211 "En l'isolant de l'immense nature" )
( baudelaire-1213 "Ainsi bijoux, meubles, métaux, dorure" )
( baudelaire-1214 "S'adaptaient juste à sa rare beauté ;" )
( baudelaire-1215 "Rien n'offusquait sa parfaite clarté" )
( baudelaire-1216 "Et tout semblait lui servir de bordure." )
( baudelaire-1218 "Même on eût dit parfois qu'elle croyait" )
( baudelaire-1219 "Que tout voulait l'aimer ; elle noyait" )
( baudelaire-1220 "Sa nudité voluptueusement" )
( baudelaire-1222 "Dans les baisers du satin et du linge" )
( baudelaire-1223 "Et, lente ou brusque, à chaque mouvement" )
( baudelaire-1224 "Montrait la grâce enfantine du singe." )
( baudelaire-1228 "La Maladie et la Mort font des cendres" )
( baudelaire-1229 "De tout le feu qui pour nous flamboya." )
( baudelaire-1230 "De ces grands yeux si fervents et si tendres" )
( baudelaire-1231 "De cette bouche où mon cœur se noya" )
( baudelaire-1233 "De ces baisers puissants comme un dictame" )
( baudelaire-1234 "De ces transports plus vifs que des rayons" )
( baudelaire-1235 "Que reste-t-il ? C'est affreux, ô mon âme !" )
( baudelaire-1236 "Rien qu'un dessin fort pâle, aux trois crayons" )
( baudelaire-1238 "Qui, comme moi, meurt dans la solitude" )
( baudelaire-1239 "Et que le Temps, injurieux vieillard" )
( baudelaire-1240 "Chaque jour frotte avec son aile rude..." )
( baudelaire-1242 "Noir assassin de la Vie et de l'Art" )
( baudelaire-1243 "Tu ne tueras jamais dans ma mémoire" )
( baudelaire-1244 "Celle qui fut mon plaisir et ma gloire !" )
( baudelaire-1249 "Je te donne ces vers afin que si mon nom" )
( baudelaire-1250 "Aborde heureusement aux époques lointaines" )
( baudelaire-1251 "Et fait rêver un soir les cervelles humaines" )
( baudelaire-1252 "Vaisseau favorisé par un grand aquilon" )
( baudelaire-1254 "Ta mémoire, pareille aux fables incertaines" )
( baudelaire-1255 "Fatigue le lecteur ainsi qu'un tympanon" )
( baudelaire-1256 "Et par un fraternel et mystique chaînon" )
( baudelaire-1257 "Reste comme pendue à mes rimes hautaines ;" )
( baudelaire-1259 "Etre maudit à qui, de l'abîme profond" )
( baudelaire-1260 "Jusqu'au plus haut du ciel, rien, hors moi, ne répond !" )
( baudelaire-1261 "- O toi qui, comme une ombre à la trace éphémère" )
( baudelaire-1263 "Foules d'un pied léger et d'un regard serein" )
( baudelaire-1264 "Les stupides mortels qui t'ont jugée amère" )
( baudelaire-1265 "Statue aux yeux de jais, grand ange au front d'airain !" )
( baudelaire-1270 "D'où vous vient, disiez-vous, cette tristesse étrange" )
( baudelaire-1271 "Montant comme la mer sur le roc noir et nu ?" )
( baudelaire-1272 "- Quand notre cœur a fait une fois sa vendange" )
( baudelaire-1273 "Vivre est un mal. C'est un secret de tous connu" )
( baudelaire-1275 "Une douleur très simple et non mystérieuse" )
( baudelaire-1276 "Et, comme votre joie, éclatante pour tous." )
( baudelaire-1277 "Cessez donc de chercher, ô belle curieuse !" )
( baudelaire-1278 "Et, bien que votre voix soit douce, taisez-vous !" )
( baudelaire-1280 "Taisez-vous, ignorante ! âme toujours ravie !" )
( baudelaire-1281 "Bouche au rire enfantin ! Plus encor que la Vie" )
( baudelaire-1282 "La Mort nous tient souvent par des liens subtils." )
( baudelaire-1284 "Laissez, laissez mon cœur s'enivrer d'un mensonge" )
( baudelaire-1285 "Plonger dans vos beaux yeux comme dans un beau songe" )
( baudelaire-1286 "Et sommeiller longtemps à l'ombre de vos cils !" )
( baudelaire-1291 "Le Démon, dans ma chambre haute" )
( baudelaire-1292 "Ce matin est venu me voir" )
( baudelaire-1293 "Et, tâchant à me prendre en faute" )
( baudelaire-1294 "Me dit : Je voudrais bien savoir" )
( baudelaire-1296 "Parmi toutes les belles choses" )
( baudelaire-1297 "Dont est fait son enchantement" )
( baudelaire-1298 "Parmi les objets noirs ou roses" )
( baudelaire-1299 "Qui composent son corps charmant" )
( baudelaire-1301 "Quel est le plus doux.- O mon âme !" )
( baudelaire-1302 "Tu répondis à l'Abhorré :" )
( baudelaire-1303 "Puisqu'en Elle tout est dictame" )
( baudelaire-1304 "Rien ne peut être préféré." )
( baudelaire-1306 "Lorsque tout me ravit, j'ignore" )
( baudelaire-1307 "Si quelque chose me séduit." )
( baudelaire-1308 "Elle éblouit comme l'Aurore" )
( baudelaire-1309 "Et console comme la Nuit ;" )
( baudelaire-1311 "Et l'harmonie est trop exquise" )
( baudelaire-1312 "Qui gouverne tout son beau corps" )
( baudelaire-1313 "Pour que l'impuissante analyse" )
( baudelaire-1314 "En note les nombreux accords." )
( baudelaire-1316 "O métamorphose mystique" )
( baudelaire-1317 "De tous mes sens fondus en un !" )
( baudelaire-1318 "Son haleine fait la musique" )
( baudelaire-1319 "Comme sa voix fait le parfum !" )
( baudelaire-1324 "Que diras-tu ce soir, pauvre âme solitaire" )
( baudelaire-1325 "Que diras-tu, mon cœur, cœur autrefois flétri" )
( baudelaire-1326 "A la très belle, à la très bonne, à la très chère" )
( baudelaire-1327 "Dont le regard divin t'a soudain refleuri ?" )
( baudelaire-1329 "- Nous mettrons notre orgueil à chanter ses louanges :" )
( baudelaire-1330 "Rien ne vaut la douceur de son autorité" )
( baudelaire-1331 "Sa chair spirituelle a le parfum des Anges" )
( baudelaire-1332 "Et son œil nous revêt d'un habit de clarté." )
( baudelaire-1334 "Que ce soit dans la nuit et dans la solitude" )
( baudelaire-1335 "Que ce soit dans la rue et dans la multitude" )
( baudelaire-1336 "Son fantôme dans l'air danse comme un flambeau." )
( baudelaire-1338 "Parfois il parle et dit : Je suis belle, et j'ordonne" )
( baudelaire-1339 "Que pour l'amour de moi vous n'aimiez que le Beau ;" )
( baudelaire-1340 "Je suis l'Ange gardien, la Muse et la Madone." )
( baudelaire-1345 "Ils marchent devant moi, ces Yeux pleins de lumières" )
( baudelaire-1346 "Qu'un Ange très savant a sans doute aimantés" )
( baudelaire-1347 "Ils marchent, ces divins frères qui sont mes frères" )
( baudelaire-1348 "Secouant dans mes yeux leurs feux diamantés." )
( baudelaire-1350 "Me sauvant de tout piège et de tout péché grave" )
( baudelaire-1351 "Ils conduisent mes pas dans la route du Beau" )
( baudelaire-1352 "Ils sont mes serviteurs et je suis leur esclave" )
( baudelaire-1353 "Tout mon être obéit à ce vivant flambeau." )
( baudelaire-1355 "Charmants Yeux, vous brillez de la clarté mystique" )
( baudelaire-1356 "Qu'ont les cierges brûlant en plein jour ; le soleil" )
( baudelaire-1357 "Rougit, mais n'éteint pas leur flamme fantastique ;" )
( baudelaire-1359 "Ils célèbrent la Mort, vous chantez le Réveil" )
( baudelaire-1360 "Vous marchez en chantant le réveil de mon âme" )
( baudelaire-1361 "Astres dont nul soleil ne peut flétrir la flamme !" )
( baudelaire-1366 "Ange plein de gaieté, connaissez-vous l'angoisse" )
( baudelaire-1367 "La honte, les remords, les sanglots, les ennuis" )
( baudelaire-1368 "Et les vagues terreurs de ces affreuses nuits" )
( baudelaire-1369 "Qui compriment le cœur comme un papier qu'on froisse ?" )
( baudelaire-1370 "Ange plein de gaieté, connaissez-vous l'angoisse ?" )
( baudelaire-1372 "Ange plein de bonté, connaissez-vous la haine" )
( baudelaire-1373 "Les poings crispés dans l'ombre et les larmes de fiel" )
( baudelaire-1374 "Quand la Vengeance bat son infernal rappel" )
( baudelaire-1375 "Et de nos facultés se fait le capitaine ?" )
( baudelaire-1376 "Ange plein de bonté connaissez-vous la haine ?" )
( baudelaire-1378 "Ange plein de santé, connaissez-vous les Fièvres" )
( baudelaire-1379 "Qui, le long des grands murs de l'hospice blafard" )
( baudelaire-1380 "Comme des exilés, s'en vont d'un pied traînard" )
( baudelaire-1381 "Cherchant le soleil rare et remuant les lèvres ?" )
( baudelaire-1382 "Ange plein de santé, connaissez-vous les Fièvres ?" )
( baudelaire-1384 "Ange plein de beauté, connaissez-vous les rides" )
( baudelaire-1385 "Et la peur de vieillir, et ce hideux tourment" )
( baudelaire-1386 "De lire la secrète horreur du dévouement" )
( baudelaire-1387 "Dans des yeux où longtemps burent nos yeux avide !" )
( baudelaire-1388 "Ange plein de beauté, connaissez-vous les rides ?" )
( baudelaire-1390 "Ange plein de bonheur, de joie et de lumières" )
( baudelaire-1391 "David mourant aurait demandé la santé" )
( baudelaire-1392 "Aux émanations de ton corps enchanté ;" )
( baudelaire-1393 "Mais de toi je n'implore, ange, que tes prières" )
( baudelaire-1394 "Ange plein de bonheur, de joie et de lumières !" )
( baudelaire-1399 "Une fois, une seule, aimable et douce femme" )
( baudelaire-1400 "A mon bras votre bras poli" )
( baudelaire-1401 "S'appuya (sur le fond ténébreux de mon âme" )
( baudelaire-1402 "Ce souvenir n'est point pâli) ;" )
( baudelaire-1405 "La pleine lune s'étalait" )
( baudelaire-1406 "Et la solennité de la nuit, comme un fleuve" )
( baudelaire-1407 "Sur Paris dormant ruisselait." )
( baudelaire-1409 "Et le long des maisons, sous les portes cochères" )
( baudelaire-1410 "Des chats passaient furtivement" )
( baudelaire-1411 "L'oreille au guet, ou bien, comme des ombres chères" )
( baudelaire-1412 "Nous accompagnaient lentement." )
( baudelaire-1414 "Tout à coup, au milieu de l'intimité libre" )
( baudelaire-1415 "Eclose à la pâle clarté" )
( baudelaire-1416 "De vous, riche et sonore instrument où ne vibre" )
( baudelaire-1417 "Que la radieuse gaieté" )
( baudelaire-1419 "De vous, claire et joyeuse ainsi qu'une fanfare" )
( baudelaire-1420 "Dans le matin étincelant" )
( baudelaire-1421 "Une note plaintive, une note bizarre" )
( baudelaire-1422 "S'échappa, tout en chancelant" )
( baudelaire-1424 "Comme une enfant chétive, horrible, sombre, immonde" )
( baudelaire-1425 "Dont sa famille rougirait" )
( baudelaire-1426 "Et qu'elle aurait longtemps, pour la cacher au monde" )
( baudelaire-1427 "Dans un caveau mise au secret." )
( baudelaire-1429 "Pauvre ange, elle chantait, votre note criarde :" )
( baudelaire-1430 "Que rien ici-bas n'est certain" )
( baudelaire-1431 "Et que toujours, avec quelque soin qu'il se farde" )
( baudelaire-1432 "Se trahit l'égoïsme humain ;" )
( baudelaire-1434 "Que c'est un dur métier que d'être belle femme" )
( baudelaire-1435 "Et que c'est le travail banal" )
( baudelaire-1436 "De la danseuse folle et froide qui se pâme" )
( baudelaire-1437 "Dans son sourire machinal ;" )
( baudelaire-1439 "Que bâtir sur les cœurs est une chose sotte ;" )
( baudelaire-1440 "Que tout craque, amour et beauté" )
( baudelaire-1441 "Jusqu'à ce que l'Oubli les jette dans sa hotte" )
( baudelaire-1442 "Pour les rendre à l'Eternité !" )
( baudelaire-1444 "J'ai souvent évoqué cette lune enchantée" )
( baudelaire-1445 "Ce silence et cette langueur" )
( baudelaire-1446 "Et cette confidence horrible chuchotée" )
( baudelaire-1447 "Au confessionnal du cœur." )
( baudelaire-1452 "Quand chez les débauchés l'aube blanche et vermeille" )
( baudelaire-1453 "Entre en société de l'Idéal rongeur" )
( baudelaire-1454 "Par l'opération d'un mystère vengeur" )
( baudelaire-1455 "Dans la brute assoupie un ange se réveille." )
( baudelaire-1457 "Des Cieux Spirituels l'inaccessible azur" )
( baudelaire-1458 "Pour l'homme terrassé qui rêve encore et souffre" )
( baudelaire-1459 "S'ouvre et s'enfonce avec l'attirance du gouffre." )
( baudelaire-1460 "Ainsi, chère Déesse, Etre lucide et pur" )
( baudelaire-1462 "Sur les débris fumeux des stupides orgies" )
( baudelaire-1463 "Ton souvenir plus clair, plus rose, plus charmant" )
( baudelaire-1464 "A mes yeux agrandis voltige incessamment." )
( baudelaire-1466 "Le soleil a noirci la flamme des bougies ;" )
( baudelaire-1467 "Ainsi, toujours vainqueur, ton fantôme est pareil" )
( baudelaire-1468 "Ame resplendissante, à l'immortel soleil !" )
( baudelaire-1473 "Voici venir les temps où vibrant sur sa tige" )
( baudelaire-1474 "Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir ;" )
( baudelaire-1475 "Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir ;" )
( baudelaire-1476 "Valse mélancolique et langoureux vertige !" )
( baudelaire-1478 "Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir ;" )
( baudelaire-1479 "Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ;" )
( baudelaire-1480 "Valse mélancolique et langoureux vertige !" )
( baudelaire-1481 "Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir." )
( baudelaire-1483 "Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige" )
( baudelaire-1484 "Un cœur tendre, qui hait le néant vaste et noir !" )
( baudelaire-1485 "Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir ;" )
( baudelaire-1486 "Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige." )
( baudelaire-1488 "Un cœur tendre, qui hait le néant vaste et noir" )
( baudelaire-1489 "Du passé lumineux recueille tout vestige !" )
( baudelaire-1490 "Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige..." )
( baudelaire-1491 "Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir !" )
( baudelaire-1497 "Est poreuse. On dirait qu'ils pénètrent le verre." )
( baudelaire-1498 "En ouvrant un coffret venu de l'Orient" )
( baudelaire-1499 "Dont la serrure grince et rechigne en criant" )
( baudelaire-1501 "Ou dans une maison déserte quelque armoire" )
( baudelaire-1502 "Pleine de l'âcre odeur des temps, poudreuse et noire" )
( baudelaire-1503 "Parfois on trouve un vieux flacon qui se souvient" )
( baudelaire-1504 "D'où jaillit toute vive une âme qui revient." )
( baudelaire-1506 "Mille pensers dormaient, chrysalides funèbres" )
( baudelaire-1507 "Frémissant doucement dans les lourdes ténèbres" )
( baudelaire-1508 "Qui dégagent leur aile et prennent leur essor" )
( baudelaire-1509 "Teintés d'azur, glacés de rose, lamés d'or." )
( baudelaire-1511 "Voilà le souvenir enivrant qui voltige" )
( baudelaire-1512 "Dans l'air troublé ; les yeux se ferment ; le Vertige" )
( baudelaire-1513 "Saisit l'âme vaincue et la pousse à deux mains" )
( baudelaire-1514 "Vers un gouffre obscurci de miasmes humains ;" )
( baudelaire-1517 "Où, Lazare odorant déchirant son suaire" )
( baudelaire-1518 "Se meut dans son réveil le cadavre spectral" )
( baudelaire-1519 "D'un vieil amour ranci, charmant et sépulcral." )
( baudelaire-1521 "Ainsi, quand je serai perdu dans la mémoire" )
( baudelaire-1522 "Des hommes, dans le coin d'une sinistre armoire" )
( baudelaire-1523 "Quand on m'aura jeté, vieux flacon désolé" )
( baudelaire-1524 "Décrépit, poudreux, sale, abject, visqueux, fêlé" )
( baudelaire-1526 "Je serai ton cercueil, aimable pestilence !" )
( baudelaire-1527 "Le témoin de ta force et de ta virulence" )
( baudelaire-1528 "Cher poison préparé par les anges ! liqueur" )
( baudelaire-1529 "Qui me ronge, ô la vie et la mort de mon cœur !" )
( baudelaire-1534 "Le vin sait revêtir le plus sordide bouge" )
( baudelaire-1535 "D'un luxe miraculeux" )
( baudelaire-1536 "Et fait surgir plus d'un portique fabuleux" )
( baudelaire-1537 "Dans l'or de sa vapeur rouge" )
( baudelaire-1538 "Comme un soleil couchant dans un ciel nébuleux." )
( baudelaire-1540 "L'opium agrandit ce qui n'a pas de bornes" )
( baudelaire-1541 "Allonge l'illimité" )
( baudelaire-1542 "Approfondit le temps, creuse la volupté" )
( baudelaire-1543 "Et de plaisirs noirs et mornes" )
( baudelaire-1544 "Remplit l'âme au delà de sa capacité." )
( baudelaire-1546 "Tout cela ne vaut pas le poison qui découle" )
( baudelaire-1547 "De tes yeux, de tes yeux verts" )
( baudelaire-1548 "Lacs où mon âme tremble et se voit à l'envers..." )
( baudelaire-1549 "Mes songes viennent en foule" )
( baudelaire-1550 "Pour se désaltérer à ces gouffres amers." )
( baudelaire-1552 "Tout cela ne vaut pas le terrible prodige" )
( baudelaire-1553 "De ta salive qui mord" )
( baudelaire-1554 "Qui plonge dans l'oubli mon âme sans remords" )
( baudelaire-1555 "Et charriant le vertige" )
( baudelaire-1556 "La roule défaillante aux rives de la mort !" )
( baudelaire-1561 "On dirait ton regard d'une vapeur couvert ;" )
( baudelaire-1562 "Ton œil mystérieux (est-il bleu, gris ou vert ?)" )
( baudelaire-1563 "Alternativement tendre, rêveur, cruel" )
( baudelaire-1564 "Réfléchit l'indolence et la pâleur du ciel." )
( baudelaire-1566 "Tu rappelles ces jours blancs, tièdes et voilés" )
( baudelaire-1567 "Qui font se fondre en pleurs les cœurs ensorcelés" )
( baudelaire-1568 "Quand, agités d'un mal inconnu qui les tord" )
( baudelaire-1569 "Les nerfs trop éveillés raillent l'esprit qui dort." )
( baudelaire-1571 "Tu ressembles parfois à ces beaux horizons" )
( baudelaire-1572 "Qu'allument les soleils des brumeuses saisons..." )
( baudelaire-1573 "Comme tu resplendis, paysage mouillé" )
( baudelaire-1574 "Qu'enflamment les rayons tombant d'un ciel brouillé !" )
( baudelaire-1576 "O femme dangereuse, ô séduisants climats !" )
( baudelaire-1577 "Adorerai-je aussi ta neige et vos frimas" )
( baudelaire-1578 "Et saurai-je tirer de l'implacable hiver" )
( baudelaire-1579 "Des plaisirs plus aigus que la glace et le fer ?" )
( baudelaire-1586 "Dans ma cervelle se promène" )
( baudelaire-1587 "Ainsi qu'en son appartement" )
( baudelaire-1588 "Un beau chat, fort, doux et charmant." )
( baudelaire-1589 "Quand il miaule, on l'entend à peine" )
( baudelaire-1591 "Tant son timbre est tendre et discret ;" )
( baudelaire-1592 "Mais que sa voix s'apaise ou gronde" )
( baudelaire-1593 "Elle est toujours riche et profonde." )
( baudelaire-1594 "C'est là son charme et son secret." )
( baudelaire-1596 "Cette voix, qui perle et qui filtre" )
( baudelaire-1597 "Dans mon fonds le plus ténébreux" )
( baudelaire-1598 "Me remplit comme un vers nombreux" )
( baudelaire-1599 "Et me réjouit comme un philtre." )
( baudelaire-1601 "Elle endort les plus cruels maux" )
( baudelaire-1602 "Et contient toutes les extases ;" )
( baudelaire-1603 "Pour dire les plus longues phrases" )
( baudelaire-1604 "Elle n'a pas besoin de mots." )
( baudelaire-1606 "Non, il n'est pas d'archet qui morde" )
( baudelaire-1607 "Sur mon cœur, parfait instrument" )
( baudelaire-1608 "Et fasse plus royalement" )
( baudelaire-1609 "Chanter sa plus vibrante corde" )
( baudelaire-1611 "Que ta voix, chat mystérieux" )
( baudelaire-1612 "Chat séraphique, chat étrange" )
( baudelaire-1613 "En qui tout est, comme en un ange" )
( baudelaire-1614 "Aussi subtil qu'harmonieux !" )
( baudelaire-1618 "De sa fourrure blonde et brune" )
( baudelaire-1619 "Sort un parfum si doux, qu'un soir" )
( baudelaire-1620 "J'en fus embaumé, pour l'avoir" )
( baudelaire-1621 "Caressée une fois, rien qu'une." )
( baudelaire-1623 "C'est l'esprit familier du lieu ;" )
( baudelaire-1624 "Il juge, il préside, il inspire" )
( baudelaire-1625 "Toutes choses dans son empire ;" )
( baudelaire-1626 "Peut-être est-il fée, est-il dieu ?" )
( baudelaire-1628 "Quand mes yeux, vers ce chat que j'aime" )
( baudelaire-1629 "Tirés comme par un aimant" )
( baudelaire-1630 "Se retournent docilement" )
( baudelaire-1631 "Et que je regarde en moi-même" )
( baudelaire-1633 "Je vois avec étonnement" )
( baudelaire-1634 "Le feu de ses prunelles pâles" )
( baudelaire-1635 "Clairs fanaux, vivantes opales" )
( baudelaire-1636 "Qui me contemplent fixement." )
( baudelaire-1641 "Je veux te raconter, ô molle enchanteresse !" )
( baudelaire-1642 "Les diverses beautés qui parent ta jeunesse ;" )
( baudelaire-1643 "Je veux te peindre ta beauté" )
( baudelaire-1644 "Où l'enfance s'allie à la maturité." )
( baudelaire-1646 "Quand tu vas balayant l'air de ta jupe large" )
( baudelaire-1647 "Tu fais l'effet d'un beau vaisseau qui prend le large" )
( baudelaire-1648 "Chargé de toile, et va roulant" )
( baudelaire-1649 "Suivant un rhythme doux, et paresseux, et lent." )
( baudelaire-1651 "Sur ton cou large et rond, sur tes épaules grasses" )
( baudelaire-1652 "Ta tête se pavane avec d'étranges grâces ;" )
( baudelaire-1653 "D'un air placide et triomphant" )
( baudelaire-1654 "Tu passes ton chemin, majestueuse enfant." )
( baudelaire-1656 "Je veux te raconter, ô molle enchanteresse !" )
( baudelaire-1657 "Les diverses beautés qui parent ta jeunesse ;" )
( baudelaire-1658 "Je veux te peindre ta beauté" )
( baudelaire-1659 "Où l'enfance s'allie à la maturité." )
( baudelaire-1661 "Ta gorge qui s'avance et qui pousse la moire" )
( baudelaire-1662 "Ta gorge triomphante est une belle armoire" )
( baudelaire-1663 "Dont les panneaux bombés et clairs" )
( baudelaire-1664 "Comme les boucliers accrochent des éclairs ;" )
( baudelaire-1666 "Boucliers provoquants, armés de pointes roses !" )
( baudelaire-1667 "Armoire à doux secrets, pleine de bonnes choses" )
( baudelaire-1668 "De vins, de parfums, de liqueurs" )
( baudelaire-1669 "Qui feraient délirer les cerveaux et les cœurs !" )
( baudelaire-1671 "Quand tu vas balayant l'air de ta jupe large" )
( baudelaire-1672 "Tu fais l'effet d'un beau vaisseau qui prend le large" )
( baudelaire-1673 "Chargé de toile, et va roulant" )
( baudelaire-1674 "Suivant un rhythme doux, et paresseux, et lent." )
( baudelaire-1676 "Tes nobles jambes, sous les volants qu'elles chassent" )
( baudelaire-1677 "Tourmentent les désirs obscurs et les agacent" )
( baudelaire-1678 "Comme deux sorcières qui font" )
( baudelaire-1679 "Tourner un philtre noir dans un vase profond." )
( baudelaire-1681 "Tes bras, qui se joueraient des précoces hercules" )
( baudelaire-1682 "Sont des boas luisants les solides émules" )
( baudelaire-1683 "Faits pour serrer obstinément" )
( baudelaire-1684 "Comme pour l'imprimer dans ton cœur, ton amant." )